Les habitants seuls face au traumatisme des morts violentes

Par

En octobre 2015, trois jeunes, dont deux de 15 ans, étaient tués par balles dans un hall d’immeuble marseillais. Affaire versée dans la catégorie « règlements de comptes entre malfaiteurs », au grand dam de leurs familles, qui estiment que l’État n’a pas su les protéger.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aux Lauriers, le hall D où furent tués, le 25 octobre 2015, Mohamed et Kamal, 15 ans, ainsi que Malik, 23 ans, a été détruit. À la place, un grand porche traverse l’immense barre des Lauriers et mène vers une nouvelle rue construite en contrebas. Tout le quartier de Malpassé, dans le XIIIe arrondissement de Marseille, est chamboulé depuis plus de quatre ans par les travaux d’une grosse opération de rénovation urbaine. Censé désenclaver la barre, le porche constitue en fait un point de guet idéal pour les dealers, qui y ont vite installé leurs chaises et scooters.