A Béziers, Robert Ménard aux marges de la légalité

Par

Le maire de Béziers a multiplié les actions coups de com', jusqu'à tenter d'expulser des réfugiés syriens. Plusieurs opposants locaux, de droite comme de gauche, demandent aujourd'hui à l'État d'intervenir. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’ai joué l’apaisement pendant un an et demi, ça suffit. » Le président de l’agglomération de Béziers, Frédéric Lacas, ne décolère pas contre Robert Ménard, le maire apparenté Front national. Il y a quelques mois encore, l’élu sans étiquette, interrogé par Mediapart, refusait de commenter les méthodes du maire de Béziers, pour « éviter les polémiques », « ne pas travailler contre la ville » et se concentrer « sur les projets de territoires ». Huit mois plus tard, il estime que « la patience a des limites ». « Le maire de Béziers se fâche avec tout le monde: l’État, la région, le département, il n’y avait plus que nous... », raconte-t-il.