Perquisition à la France insoumise: Mélenchon politise l’affaire

Par

Après la série de perquisitions touchant le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, les cadres de l’organisation dénoncent un « coup de force » du pouvoir. L’ex-candidat à la présidentielle y voit une manœuvre visant à l’affaiblir politiquement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jamais plus forts que dans l’épreuve. Ce mardi 16 octobre en milieu de matinée, au siège de la France insoumise (FI), 43, rue de Dunkerque (Paris Xe), les insoumis étaient soudés comme rarement. Après des jours à lui battre froid, Jean-Luc Mélenchon enlaçait une Clémentine Autain visiblement sous le choc. Et, des attachés de presse aux élus, en passant par les militants venus témoigner de leur soutien fraternel en bas de la rue, la FI reprenait ses airs de commando soudé « à la vie à la mort » de la dernière présidentielle.