Face à Trump, la droite et l’extrême droite françaises entre embarras et enthousiasme

Par et

Le Rassemblement national a décidé d’envoyer une petite délégation aux États-Unis pour suivre les derniers jours de campagne de Trump, que Marine Le Pen continue d’encenser en dépit de la piètre image du président américain en France. Côté LR, le personnage divise mais suscite surtout la gêne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Malgré une image controversée en France, le RN a décidé de mettre en scène un soutien sans faille à Donald Trump dans cette élection où le président américain joue son va-tout. Le 30 octobre, Jordan Bardella, vice-président du RN, et l’eurodéputé RN Jérôme Rivière s’envoleront pour un séjour de quatre jours aux États-Unis, où ils assisteront au dernier meeting de Trump, mais également à la soirée électorale du 3 novembre. L’organisateur du voyage n’est autre que le chroniqueur pro-Trump Harlan Hill, récemment licencié par Fox News pour avoir traité la candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, « d’insupportable pute menteuse ». Aux États-Unis, les responsables du RN devraient rencontrer, a fait savoir le parti, quelques membres du Parti républicain que Jérôme Rivière, ex-vice-président UMP du groupe d’amitié France-États-Unis, connaît bien.