Jean-pierre Bechter, mis en examen, est candidat à sa succession

Par

Le maire UMP de Corbeil et bras droit de Serge Dassault, Jean-Pierre Bechter, mis en examen dans le cadre d'une enquête sur des achats de voix présumés, a déclaré samedi qu'il était candidat à sa propre succession.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je suis candidat aux prochaines municipales, pour me succéder à moi-même » a déclaré dans un point de presse, samedi, le maire UMP de Corbeil-Essonnes Jean-Pierre Bechter mis en examen ce vendredi pour « recel du produit d'infractions d'achats de votes », « financement illicite de campagnes électorales », « acceptation de dons » et « dépassement du plafond des dépenses électorales » dans le cadre d’une enquête sur de possibles achats de voix lors des élections municipales de 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes. « Je n'ai jamais acheté une voix de ma vie. Je n'ai jamais sorti un euro pour acheter des voix », a martelé l’élu et bras droit de Serge Dassault. « On n'a rien trouvé contre moi, je ne suis coupable de rien » a plaidé l’élu UMP qui a été déféré vendredi après deux jours de garde à vue à Nanterre.