Croquis. A Grasse, le «terroriste» n’était pas ce qu’on croyait

Par

À Grasse, un lycéen a tiré sur ses camarades et sur le proviseur de son établissement en blessant plusieurs d’entre eux. D’abord présenté comme un acte terroriste, ce fait divers grave, mais sans portée nationale, a pris une dimension démesurée. Il est le symptôme d’une dérive collective.   

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caramba, cette fois c’est raté ! La France des plaisirs morbides, des récupérations estrosiennes, des fantasmes antimusulmans et des éditions spéciales était déjà sur son trente et un. En ce jeudi après-midi, on venait d’apprendre que des coups de feu avaient été échangés dans un lycée de Grasse, et qu’il y avait des victimes.