«Aucune population ne se met au garde-à-vous comme ça, en 2 ou 3 jours»

Par

Face à un « événement biologique, social et politique totalement inédit », Jean-Hervé Bradol, directeur d’études chez Médecins sans frontières, évoque les difficultés à faire reposer toute la prévention sur des mesures comportementales. MSF réfléchit à intervenir en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Hervé Bradol, directeur d’études au sein de l’association humanitaire Médecins sans frontières, évoque avec Mediapart les difficultés à faire reposer toute la prévention sur des mesures comportementales : « Il faut du temps à une société pour prendre en compte l’existence de l’événement, qu’elle fabrique au fur et à mesure qu’elle essaie de le comprendre. » Entretien.