Nicolas Hulot: «S’il y a autant d’exclusion, c’est que notre logiciel ne fonctionne pas»

Par

Trois semaines après le lancement de l’Appel des solidarités par plus de 80 ONG et associations, premier bilan avec deux initiateurs : Nicolas Hulot, de la FNH, et Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l’homme. Un bilan qui les déçoit, avec peu d’impact sur la campagne, mais qui augure d’une réflexion d’ensemble prometteuse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lancé le 23 mars, l’Appel des solidarités regroupe, autour de la fondation Nicolas-Hulot, plus de 130 associations et ONG actives dans la sphère sociale, des droits de l’homme, ou environnementale, sur le territoire français comme à l’international. Destiné à servir d’appui pour les candidats à la présidentielle, l’appel fixe cinq « caps des solidarités », qui devraient « guider toute action et toute décision politique dans le prochain quinquennat ». Trois semaines après ce lancement, Nicolas Hulot, de la fondation du même nom, et Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l’homme, en tirent un premier bilan « contrasté » mais sont bien décidés à poursuivre l’expérience.