Municipales à LREM: premiers candidats et méthode de start-up

Par

Le mouvement présidentiel a dévoilé, le 17 juin, les dix-neuf premières têtes de liste pour les élections municipales de 2020. Malgré les tensions vives à Paris, Lille, Roubaix ou Marseille, le parti ne veut pas changer la méthode de désignation qui, pour la majorité des postulants, relève plus de la présentation d'un business plan que d'un projet politique ancré dans une histoire locale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La surchauffe, lors de la présentation des premières têtes de liste désignées par La République en marche (LREM), n’était due qu’à la température estivale régnant sous la grande verrière où se déroulait la conférence de presse officielle. Car sous la houlette de Stanislas Guerini, délégué général du mouvement, le rendez-vous de lundi 17 juin a tourné à une litanie de langue de bois sur les bonnes raisons d’être soutenu ou non par LREM lors du scrutin de mars 2020.