Devedjian met le feu aux poudres dans les Hauts-de-Seine

Par

Patrick Devedjian entend bien faire le ménage dans les Hauts-de-Seine et il le dit, évoquant «des anomalies anciennes» qu'il a «trouvées en ouvrant les placards». Critiqué par une partie de sa majorité, menacé par le nouveau président du groupe UMP, Jean Sarkozy – et derrière lui Isabelle Balkany –, le président du conseil général est aussi en lutte permanente avec son prédécesseur, Charles Pasqua, encore très influent dans le département. L'ancien patron du 92 et une partie des conseillers généraux répliquent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il en faut peu, dans les Hauts-de-Seine, pour déclencher une tempête. Après la "Blitzkrieg" menée par Jean Sarkozy pour prendre la présidence du groupe UMP au conseil général, Patrick Devedjian a répliqué, jeudi, dans un entretien accordé à l’Express. «Dans la continuité de ce qu'avait engagé Nicolas Sarkozy, je suis amené à nettoyer les écuries d'Augias. Il faut être à l'abri de l'opprobre», a déclaré le secrétaire général de l'UMP.