La Cour des Comptes stigmatise le sondeur «fantôme» de l'Elysée

Par
1,5 million d'euros ! Dans son rapport sur la gestion du budget de l'Elysée, rendu public jeudi 16 juillet, la Cour des Comptes pointe l'existence d'un étrange contrat. Il a été signé le 1er juin 2007, entre la présidence de la République et un cabinet d'études, chargé de fournir sondages privés et conseils stratégiques. En 2008, ce dernier a facturé à l'Elysée des prestations dont l'opportunité laissait à désirer. Très peu d'éléments permettaient «d'attester la réalité du service fait», écrit la Cour, qui dénonce des «errements». Sans toutefois livrer le nom de la société intéressée. D'après nos informations, ce cabinet «fantôme» ne serait autre que Publifact, entreprise pilotée en 2008 par Patrick Buisson, stratège de l'ombre du chef de l'Etat et ancien directeur de Minute. Montant du contrat passé l'an dernier avec l'Elysée: 1,5 million d'euros.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi 16 juillet, après que la Cour des Comptes a publié ses conclusions sur le budget de l'Elysée, Frédéric Lefebvre, le porte-parole ultra-sarkozyste de l'UMP, s'est gargarisé, dans un communiqué, du «satisfecit» délivré par la juridiction financière à son mentor. Mais a-t-il seulement lu le rapport de l'institution dirigée par Philippe Séguin, chargée de contrôler la bonne gestion des 110 millions d'euros alloués à la présidence de la République en 2008?