Allègements de charges : ne dites pas aux sénateurs que ça ne fonctionne pas !

Par

Les milliards d’exonérations de cotisations sociales consenties aux patrons n’ont jamais inversé la courbe du chômage. C’est le constat sans appel de la mission du Sénat qui planche depuis quatre mois sur le sujet. Mais le rapport ne sera jamais publié, retoqué par les sénateurs UMP, UDI… et socialistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Réforme implicite du financement de notre protection sociale qui met en danger le modèle social français hérité de 1945 », « résultats décevants en termes d’emplois créés ou sauvegardés », « nombreux effets indésirables, trappes à bas salaires qui favorisent le déclassement des jeunes diplômés contraints de prendre la place des moins qualifiés pour trouver un emploi », « focalisation excessive sur le “coût du travail” pour expliquer la perte de compétitivité de l’économie française »… C’est un rapport qui accable et torpille la principale politique pour l’emploi menée en France depuis vingt ans au nom de la lutte contre le chômage de masse : celle des exonérations de cotisations sociales patronales, devenues un dogme à gauche comme à droite en particulier sur les bas salaires (lire ici notre article).