On connaissait le goût de Nicolas Sarkozy pour le bling-bling. Il semblerait qu'il méprise en plus le style Empire. À l’Élysée, en tout cas, il a laissé ses chiens vandaliser le « Salon d'argent » de Napoléon, ensemble de meubles parmi les plus précieux de la République. Le rapport de la Cour des comptes sur le budget 2013 de l’Élysée, qui a dévoilé mardi 15 juillet le coût d'entretien des œuvres installées dans les résidences présidentielles, ne dit rien évidemment de cet épisode.