La procureur d’Orléans, Yolande Fromenteau-Renzi, a ouvert le 7 août 2014 une information judiciaire contre X... pour homicide involontaire suite au décès de Loïc Louise. Cet étudiant de 21 ans est mort le 3 novembre 2013 à La Ferté-Saint-Aubin (Loiret) après avoir reçu une décharge électrique tirée par un gendarme. Selon les conclusions de l’enquête préliminaire, confiée à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), ce tir a duré 17 secondes. Le pistolet électrique fonctionne par cycles d’une durée de cinq secondes : tant que l’utilisateur maintient son doigt appuyé, les cycles s’enchaînent. Ce qui signifie donc que Loïc Louise a reçu un tir prolongé. « Au vu de la réglementation, l’enquête conclut qu’il n’y a pas eu d’usage anormal », assure Yolande Fromenteau-Renzi.