Ayrault piégé par la politique du pied de grue

Par

La manière dont le premier ministre, ancien maire de Nantes, a géré l'affaire du père divorcé retranché au sommet d'une grue ce week-end a quelque chose de déplacé. Les ministres de la justice et de la famille sont sommées de recevoir les associations dès ce lundi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sans minorer les difficultés que vivent certains pères séparés, il y a quelque chose de gênant dans la façon dont l’affaire des grues de Nantes a été gérée ce week-end. Que des médias affamés d’images fortes et en mal d’histoires poignantes aient placé ce fait divers en sujet d’ouverture de leurs journaux pendant 48 heures est déjà, en soi, discutable. Mais la manière dont le premier ministre est lui-même monté au créneau paraît franchement déplacée.