Quand ce sont les écrivains qui inspirent la police

Par
L'écrivain Bruno Fuligni exhume d'étonnantes fiches de police consacrées aux grands auteurs français. Où l'on découvre que de Rimbaud à Sartre, en passant par Zola, les activités et les écrits des gens de lettres ont toujours été suivis de très près.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Connaissez-vous “Verleine”, “Raimbaud”, “Heideger” et “Kirkgaord”? Ces auteurs aux patronymes écorchés dormaient sur de petites fiches cartonnées, minutieusement remplies par plusieurs générations de policiers. Ce sont quelques-unes des nombreuses perles retrouvées par l'écrivain Bruno Fuligni, un passionné qui hante depuis une quinzaine d'années les archives de la préfecture de police de Paris, et publie le 30 mars une seconde édition enrichie de La Police des écrivains (éditions Horay, 250 pages, 18 euros). On y apprend que si la police a inspiré la littérature, la réciproque est parfois vraie. A croire que la puissance des mots a toujours inquiété les pouvoirs établis.