Commémoration de la guerre d'Algérie: Hollande critiqué par la droite

La droite accuse François Hollande d'entretenir la « guerre des mémoires » par sa décision de commémorer le cessez-le-feu qui a mis officiellement fin aux combats de la guerre d'indépendance algérienne le 19 mars 1962. Parmi les plus critiques, Nicolas Sarkozy (dans une tribune publiée dans Le Figaro), Michèle Tabarot mais aussi Marine Le Pen. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La droite accuse François Hollande d'entretenir la « guerre des mémoires » par sa décision de commémorer le cessez-le-feu qui a mis officiellement fin aux combats de la guerre d'indépendance algérienne le 19 mars 1962. Parmi les plus critiques, Nicolas Sarkozy (dans une tribune publiée dans Le Figaro), Michèle Tabarot mais aussi Marine Le Pen. Une loi du 6 décembre 2012 fait du 19 mars une journée nationale de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. François Hollande sera samedi le premier chef de l'État français à y participer.