«Opération Turquoise»: les derniers secrets de la France aux deux visages au Rwanda

Alors que le génocide est quasiment achevé, la France lance, fin juin 1994, l’opération Turquoise. Officiellement, c’est une opération « humanitaire » pour sauver le plus de civils possible. En réalité, cette opération va figer les positions militaires, sauver les gros poissons du génocide et constituer l’origine d’un mensonge toxique, dont l’armée française n’est toujours pas guérie vingt-cinq ans après.

David Servenay

18 mars 2019 à 13h09

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Est-ce que vous voulez savoir ce qui se passe vraiment ? », demande le prêtre. « Oui, nous sommes là pour ça », répond le journaliste. Ce 25 juin 1994, dans l’ouest du Rwanda, au bord du lac Kivu, Vincent Hugeux, l'envoyé spécial de l’hebdomadaire L’Express, est l'un des premiers journalistes occidentaux à découvrir les collines de Bisesero, grâce au père Vjeko, un Croate installé dans le pays depuis plus de vingt ans.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal