A Aubervilliers, le «parachutage» de la numéro 2 du PS aux départementales fragilise la gauche

Par

Pour conserver le département, le président socialiste de la Seine-Saint-Denis a besoin d’une victoire dans ce canton menacé par la droite. Mais le profil de la candidate socialiste, qui part en binôme avec un communiste, divise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’un des trois « swing states » de la Seine-Saint-Denis (93). Un canton que Stéphane Troussel, président socialiste du conseil départemental en campagne pour sa réélection, regarde comme le lait sur le feu. Si Aubervilliers bascule à droite, le 27 juin prochain, c’est en effet tout le département, parmi les plus pauvres de France et touché comme aucun autre par le coronavirus, qui pourrait tomber dans les mains de la droite.