Affaire Kerviel : une audience plus importante qu'il n'y paraît

Par

En apparence, il ne s’est rien joué, ce 17 septembre, devant la cour d’appel de Versailles. À la demande des deux parties, la cour a accepté de renvoyer au 13 novembre l’examen de la demande d’expertise indépendante présentée par Jérôme Kerviel. Mais pour la première fois, la responsabilité de la Société générale dans le dossier est soulignée.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En apparence, l’audience de la cour d’appel de Versailles, chargée de statuer, ce 17 septembre, sur la demande d’expertise dans le dossier de Jérôme Kerviel face à la Société générale, a ressemblé à de si nombreuses séances judiciaires engluées dans des débats de procédure ! On y parla de retards, de respect du contradictoire, avant de demander le renvoi à une audition ultérieure. La demande a été acceptée par la cour d’appel, qui a fixé l’examen de la demande d’expertise indépendante des pertes de la Société générale, présentée par Jérôme Kerviel, au 13 novembre. « Mais c’est la dernière fois », a prévenu le président de la 9e chambre, Olivier Larmanjat, soulignant qu’il n’accepterait pas d’être pris dans des manœuvres dilatoires pour éviter d’en venir au fond.