Tiens, Uber et ses chauffeurs se souviennent de l’Etat!

Par

Une réunion se tiendra ce lundi matin au ministère des transports, pour tenter de trouver une issue au conflit qui oppose les chauffeurs à la direction du groupe Uber. Symbole ultime de la dérégulation, Uber en appelle donc au grand régulateur : l’État…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est beau comme une grand-messe prononcée par un bouffeur de curé : la direction française du groupe Uber, symbole absolu de la dérégulation, fait appel à la puissance publique. Elle annonce dans un communiqué son souhait de participer à « une table ronde avec l’État ».