Depuis que le Conseil d'Etat a retoqué l'arrêté ministériel sur la masterisation estimant que le ministère avait commis un « abus de pouvoir » sur cette réforme cruciale de la formation des enseignants, on attendait une réponse du côté de la rue de Grenelle. C'est par la voix du député UMP Jacques Grosperrin, par ailleurs auteur d'un rapport prônant la suppression des concours d'enseignement, que cette réponse vient d'arriver.