Mutilés en manif, ils racontent comment leur vie a basculé

Par

Le Parisien donne la parole, samedi 18 janvier, à trois « gilets jaunes » grièvement blessés par des grenades ou des tirs de LBD (lanceur de balles de défense).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manifestants éborgnés, mâchoires fracassées, mains arrachées… Le Parisien donne la parole, samedi 18 janvier, à trois manifestants grièvement blessés depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », par des grenades ou des tirs de LBD (lanceur de balles de défense).