Le secrétaire d’Etat et l’ancien pro-nazi

Par
Quelques mois avant de devenir membre du gouvernement, auquel il vient d'être maintenu, le député UMP Hervé Novelli rendait hommage depuis Neuilly-sur-Seine à l’une des figures de la collaboration sous l’Occupation et de l’ultra-droite française. Une affaire qui permet, en plein scandale UIMM, d’éclairer les connexions idéologiques entre le monde de l’industrie métallurgique et la droite extrême.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La rumeur, insistante, promettait ces derniers jours le départ du gouvernement d'Hervé Novelli (UMP), secrétaire d'Etat chargé des entreprises. Il a finalement échappé au remaniement ministériel du 18 mars. Ce politique proche des entreprises et du petit patronat est un libéral pur sucre. Un ancien militant d'extrême droite, aussi.