Un stage d’autodéfense féministe «pour prendre confiance en sa force»

Depuis le mouvement #MeToo, les stages d’autodéfense féministes se multiplient, pour que les femmes se sentent en droit de dire non aux agressions verbales et physiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’ai le droit de vivre sans violence, et si on m’impose une forme de violence, j’ai le droit de me défendre, et j’ai de la force en moi pour le faire. » Lorena intervient depuis un an dans toute la France, en tant que formatrice au sein de l’association Faire face, qui propose différentes méthodes d’autodéfense. Le Monde a assisté à l’un de ces stages de plus en plus demandés depuis le mouvement #MeToo, corollaire d’« une libération de la parole sur les violences faites aux femmes parce qu’elles sont des femmes ».