Egalité femmes-hommes: «Le compte n’y est pas»

Par

Après le remaniement, un bilan de la grande cause du quinquennat a été remis par le secrétariat d’État de Marlène Schiappa. Pour les associations de terrain, les mesures peinent trop souvent à s’inscrire dans le réel. Certaines craignent un retour de bâton après les nominations de Dupond-Moretti et Darmanin. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 14 Juillet, Emmanuel Macron défend la nomination de Gérald Darmanin à l’Intérieur, indiquant qu’il entretient « une relation de confiance, d’homme à homme ». La formule souligne la mansuétude du président de la République à l’égard de son ministre, qui fait l’objet d’une enquête judiciaire concernant une accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance qu’il aurait commis en 2009. Dans le même temps, Emmanuel Macron maintient que la lutte pour l’égalité femmes-hommes reste la grande cause du quinquennat, même si « les choses ne vont pas assez vite ».