Après l’attentat de Conflans, l’exécutif fait feu de tout bois

Par

Renforcement du projet de loi contre le « séparatisme islamiste », retour de la loi Avia, changements envisagés à la tête de l’Observatoire de la laïcité… Après l’assassinat de Samuel Paty, le président veut donner à voir des actes « concrets », quitte à sombrer dans le confusionnisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron l’a énoncé dès vendredi soir, quelques heures après l’assassinat terroriste de Samuel Paty. « Les actes sont là et seront là. Avec fermeté, rapides », a-t-il affirmé depuis le collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où enseignait le professeur d’histoire-géographie. Quarante-huit heures plus tard, il réunissait à l’Élysée un conseil restreint de défense et de sécurité nationale pour étudier des « réponses concrètes, à court et moyen terme ». Et donner à voir « très rapidement » des actes « concrets », a précisé son entourage.