En Guyane, le mercure et le plomb enfin placés sous haute surveillance

Par

Alors que les villageois amérindiens de l’intérieur de la Guyane sont hautement menacés par les contaminations au mercure liées aux ravages de l’orpaillage, de nouvelles enquêtes révèlent de sévères expositions des populations au plomb. La contamination par les métaux lourds devient « un enjeu majeur pour la population de la Guyane ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Guyane, de notre correspondante – Jusqu’alors, les autorités pensaient circonscrire la surveillance de la contamination au mercure aux 3 500 Amérindiens vivants à l’extrémité des fleuves de l’intérieur de la Guyane. La surveillance risque de considérablement s’élargir : dans une étude toute juste rendue publique, la Société française de toxicologie (SFT) préconise de durcir les contrôles, en abaissant par quatre les normes admissibles de présence du mercure, présent partout en Guyane en raison de la composition des sols, de leur déstructuration et de l’orpaillage. Les dangers sont connus et immenses : sur les fœtus et les jeunes enfants, l’accumulation de mercure cause des atteintes du tissu neural responsables de retards d’apprentissage et des difficultés mémorielles.