BAC nord : l’enquête démonte les accusations du lanceur d’alerte

Par

À l'origine de l'affaire de la BAC nord, l'ex-policier Sébastien Bennardo a accusé ses anciens collègues marseillais d'avoir racketté des dealers et revendu du cannabis. Les vérifications menées depuis « infirment pour la plupart des allégations », a conclu la police des polices. La crédibilité du pilier de l’accusation s’effondre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son témoignage, à l’origine de la chute d’une unité entière, la brigade anti-criminalité nord de Marseille, est de plus en plus douteux aux yeux de la justice. En octobre 2011, Sébastien Bennardo, ancien gardien de la paix affecté à la BAC nord de 2007 à 2009, est menacé dans une énième affaire disciplinaire. Accompagné par un ancien major qui a lui aussi des comptes à régler, il finit par trouver une oreille intéressée auprès du préfet délégué à la sécurité Alain Gardère, un sarkoboy qui vient tout juste d’être nommé à Marseille. Comme l'ex-policier le raconte lui-même, le préfet (aujourd'hui à la tête du conseil national des activités privées de sécurité) lui promet sa protection en échange de révélations sur ses ex-collègues ripoux.