Michel Lamarque: «J’étais mandaté par Alain Madelin»

Par
Dans un entretien exclusif, Michel Lamarque, un homme d'affaires de 68 ans, évoque pour la première fois le rôle – décisif – qu’il dit avoir joué dans la libération, voilà quinze ans, de onze membres de l’association humanitaire Première Urgence, tombés aux mains des Serbes de Bosnie le 8 avril 1994. Cet homme assure qu’à la demande du gouvernement Balladur, il a distrait, via la vente de Sicav, 20 millions de francs (3 millions d’euros) de la comptabilité de l’Association nationale des arts du cirque (Andac), subventionnée par l’Etat, afin de libérer les otages français. Les fonds auraient été destinés au général Ratko Mladic, toujours recherché par le tribunal pénal international. M. Lamarque affirme que son commanditaire était Alain Madelin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un entretien exclusif, Michel Lamarque, un homme d'affaires de 68 ans, évoque pour la première fois le rôle – décisif – qu’il dit avoir joué dans la libération, voilà quinze ans, de onze membres de l’association humanitaire Première Urgence, tombés aux mains des Serbes de Bosnie le 8 avril 1994. Cet homme assure qu’à la demande du gouvernement Balladur, il a distrait, via la vente de Sicav, 20 millions de francs (3 millions d’euros) de la comptabilité de l’Association nationale des arts du cirque (Andac), subventionnée par l’Etat, afin de libérer les otages français.