Hollande fait sa rentrée, sans changement

Par et

En s'exprimant longuement dans Le Monde, le chef de l'État espère prendre de court tous ceux qui s'apprêtent à critiquer sa politique à la rentrée. Mais plutôt que donner le tempo de l'année à venir, le président dévoile surtout les faiblesses de son agenda, au risque de mécontenter un peu plus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aller vite, « accélérer », encore. Les mots choisis par François Hollande dans la longue interview qu’il a accordée ce mercredi au Monde pour donner le ton de la rentrée politique paraissent bien galvaudés (l'entretien complet est à lire ici). Depuis son élection en mai 2012, il n’a cessé de les employer pour afficher l’inflexibilité de sa volonté en matière de réformes. Quand bien même le chômage gonflerait chaque mois, que la croissance française n’aurait pas bougé d’un iota aux deux premiers trimestres et que le paysage économique européen serait sinistré (lire notre analyse sur le risque déflationniste).