L'Elysée et ses sondages échappent à une commission d'enquête

Mercredi 20 janvier, la commission des finances de l'Assemblée examinait la demande socialiste de création d'une commission d'enquête sur les sondages financés par l'exécutif. Les députés UMP en ont profité pour sortir l'Elysée du champ d'investigation, par un amendement. Le PS a dénoncé un «viol» des droits de l'opposition. Mais ne renonce toujours pas à sa requête.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Mercredi 20 janvier, les députés UMP se sont ingéniés, une fois de plus, à endiguer «l'affaire des sondages de l'Elysée». Alors que le PS avait ouvert une brèche, ils se sont empressés de la colmater. La commission des finances de l'Assemblée examinait la demande socialiste de création d'une commission d'enquête sur les études d'opinion financées par l'exécutif. Par un amendement, le parti présidentiel a rayé l'Elysée du champ d'investigation autorisé: seuls les sondages commandés par le gouvernement et les ministères pourront finalement être passés au crible. L'initiative du PS se retrouve vidée de sa substance la plus explosive.
Pour la gauche, c'est une nouvelle claque. En novembre dernier, la droite avait en effet tué dans l'œuf une première demande de commission d'enquête socialiste, centrée exclusivement sur les études financées par le «Château», dans la droite ligne d'un rapport de la Cour des comptes qui relevait des «errements» dans le système mis en place par le cabinet de Nicolas Sarkozy.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Droite
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Politique — Analyse
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Écologie — Analyse
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik