Procès du groupe de Tarnac: l’accusation est à la peine

Par

À l’heure où Yildune Lévy était censée saboter une caténaire de TGV en Seine-et-Marne, un retrait était effectué à Paris avec sa carte bancaire. Longtemps caché, cet élément parmi d’autres vient fragiliser la thèse des policiers et du parquet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Loin d'être lancé « sur des rails », comme le craignait Julien Coupat, le procès du « groupe de Tarnac » est peut-être en train de tourner à l'avantage de la défense. C'est paradoxalement au moment même où la présidente de la XIVe chambre correctionnelle fait preuve d'autorité, en reprenant la maîtrise des débats, ce mardi 20 mars, à la grande frustration des intarissables Julien Coupat et Mathieu Burnel, que les failles béantes du dossier d'accusation emplissent vraiment tout l'espace de la salle d'audience.