Procès du travail détaché: «C’est “Germinal” dans les exploitations agricoles»

Par Hélène Servel (Marsactu)

Entre trois et cinq ans d’emprisonnement accompagnés de sursis ont été requis jeudi contre les dirigeants anciens et actuels de Terra Fecundis. Pour en faire un exemple, le procureur veut voir condamnée et même dissoute l’entreprise spécialisée dans le travail détaché agricole. Elle serait, selon lui, le symbole de « l’industrialisation de la fraude sociale ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône).– « Cette affaire est une industrialisation de la fraude. » Dans la grande salle du tribunal de commerce transformée en tribunal correctionnel, le procureur Xavier Leonetti porte l’accusation contre l’entreprise Terra Fecundis (TF). Pour lui, l’entreprise, championne du travail détaché agricole, « est un passager clandestin de l’économie européenne [qui a] profité de la liberté de concurrence pour jouer sur la réglementation applicable et faire des économies ». Elle est jugée depuis lundi pour des accusations de « marchandage », de « travail dissimulé », d’« opération illégale de fourniture de main-d’œuvre », le tout « en bande organisée ».