Mobilisations sociales: «La crise bouche l’imaginaire politique»

Comment créer une alternative à Emmanuel Macron quand les mesures sanitaires réduisent les libertés publiques, et que le débat sur le terrorisme sature l’espace médiatique ? Entre marasme et réinvention, le mouvement social peine à mobiliser, et la gauche politique doit revoir ses plans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«On s’est fait couper les ailes en plein vol. » Le constat d’Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac France, est amer. Le confinement, mi-mars, a porté un violent coup d’arrêt à un cycle quasi ininterrompu de mobilisations sur les questions féministes, sociales, les violences policières, le climat… « Et là, il y a comme un effet de sidération. Une phase dans laquelle il faut que l’on se replace à nouveau », considère la militante.