Médias : l’extrême danger Bolloré

En plaçant des personnes de confiance à la tête du « JDD » et de « Paris Match », le milliardaire renforce son empire et l’arrime davantage à l’extrême droite, pour faire campagne en faveur d’Éric Zemmour. Le procédé fait penser à l'asservissement de la presse des années 1930.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un nouveau et gravissime séisme que vit la presse française. Alors que depuis de longues années de grands titres ont été rachetés les uns après les autres par une poignée de milliardaires, entraînant une double normalisation, économique et éditoriale, l’un d’eux, Vincent Bolloré, accélère cette descente aux enfers. Plaçant des hommes de confiance à la tête du Journal du dimanche et de Paris Match, en remplacement du directeur de ces deux rédactions, Hervé Gattegno, qui a été évincé le 19 octobre, et doit quitter ces fonctions ce jeudi, l’homme d’affaires a encore agrandi son empire et va pouvoir l’arrimer plus fortement à l’extrême droite.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal