Rythmes scolaires: Peillon mis devant le fait accompli

Par

Selon nos informations, le ministre de l'éducation Vincent Peillon, qui salue officiellement une « décision courageuse » du chef de l'État sur le report annoncé de la réforme des rythmes scolaires, a pourtant été mis devant le fait accompli. L'Élysée a repris la main sur le dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devant la fronde des maires demandant le report de la réforme des rythmes scolaires à 2014, François Hollande a donc capitulé hier mardi. « J’ai entendu ce que vous disiez », a-t-il lancé lors du congrès de l’association des maires de France. « Les communes qui voudront dès 2013 participer à ce mouvement le feront », a lancé le président en ouverture du congrès de l’AMF. « Les autres prendront le temps nécessaire pour que nous puissions, dans la concertation, appliquer cette réforme. »