Affaire Benalla: l’enquête étendue au «selfie armé»

Par

Les juges en charge de l’affaire Benalla viennent d’élargir l’enquête au selfie révélé par Mediapart en septembre. Le garde du corps d’Emmanuel Macron y pointait son arme vers une serveuse pendant la campagne présidentielle.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Les juges en charge de l'enquête sur l'affaire Benalla sont désormais saisis des investigations initialement déclenchées à Poitiers sur un selfie révélé par Mediapart, montrant l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron armé pendant la campagne présidentielle en 2017, a informé ce mercredi l'AFP de source judiciaire.

L'enquête principale, qui porte sur des violences commises par Alexandre Benalla en marge des rassemblements du 1er Mai et sur des soupçons d'ingérence dans l'action de la police, a été étendue le 8 novembre à des faits de « port d'arme de catégorie B sans motif légitime » et de « détention non autorisée d'arme, munition, ou éléments de catégorie B ».

Le parquet de Poitiers a en effet communiqué aux magistrats parisiens le résultat de ses investigations, en raison de leur connexité avec l'information judiciaire ouverte à Paris le 22 juillet, selon cette source. Il avait ouvert une enquête préliminaire le 25 septembre, au lendemain de la publication par Mediapart d'une photo d'Alexandre Benalla brandissant un pistolet, et qui date du 28 avril 2017, à une période où il n'était pas titulaire d'un permis de port d'armes en bonne et due forme.

Retrouvez ci-dessous notre émission consacrée au « selfie armé » et à l'affaire Benalla :

© Mediapart

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous