Ce qu'il reste de sympathisants PS a voté sans enthousiasme

Par

De Nantes à Marseille, en passant par Lyon, Valenciennes, Paris, Aubervilliers ou Cintegabelle, récit d'une journée de vote à la primaire, où ne se sont déplacés que ceux qui ne veulent pas tout à fait en finir avec le Parti socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ont été environ 1,5 million à se rendre aux urnes de la primaire du PS ce dimanche 22 janvier. Une faible affluence à travers la France, par rapport aux quatre millions de la primaire de droite, et même aux près de trois millions qui s'étaient déplacés en 2011. Dans les basses-eaux d'un quinquennat finissant, il ne reste plus que le cœur des sympathisants socialistes à s'être encore mobilisé. Ceux pour qui l'expérience élyséenne de François Hollande n'est pas si catastrophique, ou qui jugent que le PS est encore le lieu où se dessine l'avenir de la gauche. Voyage à travers la France, de Cintegabelle à Aubervilliers.