Racisme: les préjugés reculent, pas forcément les actes violents

Par

Selon la Commission nationale consultative des droits de l’homme, les Français sont plus tolérants que jamais. Ce qui n’a pas empêché, en 2017, une légère hausse des actes violents racistes recensés par le ministère de l’intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis 1990, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) mesure chaque année le degré d’ouverture à l’autre de la société française, à travers un indice de tolérance. Il s’agit d’ausculter les opinions à l’égard des minorités, pas les actes. Les résultats, contre-intuitifs, apportent une bouffée d’espoir.