Jean-Noël Guérini ne ment jamais, sauf dans les écoutes

Par Julien Vinzent (Marsactu)

Au terme d’une première semaine de procès, l’ancien président du département a répondu du seul délit qui lui est reproché : une prise illégale d’intérêts dans la revente d’un terrain dédié à la décharge du Mentaure. La présidente a souligné les multiples « conseils » aux airs d’ordres donnés par son frère.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille (Bouches-du-Rhône).– « Madame la présidente, mesdames et messieurs du tribunal, madame la greffière… » Ce 19 mars 2021, après une heure et quart d’introduction, voici Jean-Noël Guérini face à ses juges, dans une version pénale d’un discours protocolaire typique classique pour un élu. « Je me crois un peu à la tribune du Sénat, excusez-moi », lâchera-t-il au bout d’une demi-heure, après une envolée adressée plus à la salle qu’au tribunal. Mais s’il a présidé plus d’une centaine de séances du conseil général entre 1998 et 2015, au palais Monthyon, il comparaît comme prévenu pour prise illégale d’intérêts.