Etudiante, Nathalie Loiseau a figuré sur une liste d’extrême droite

Par et

Tête de liste LREM aux européennes, Nathalie Loiseau se présente comme le principal barrage à l’extrême droite. Dans sa jeunesse pourtant, elle fut candidate aux élections étudiantes de Sciences-Po Paris, sous l’étiquette de l’UED, un syndicat né sur les cendres du GUD et prônant l’union des droites. Elle assure n’avoir à l’époque « pas perçu » la couleur politique de ce syndicat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle a fait de la lutte contre les « nationalistes » en général, et contre l’extrême droite française en particulier, son cheval de bataille pour les élections européennes. Depuis son passage au Quai d’Orsay, et plus encore aujourd’hui qu’elle conduit la liste La République en marche (LREM) pour le scrutin du 26 mai, Nathalie Loiseau ne rate jamais une occasion de se présenter comme le principal rempart au parti de Marine Le Pen (voir ici, ou encore ). Dans sa jeunesse pourtant, l’ancienne ministre s’est engagée, le temps d’une élection, aux côtés de militants d’extrême droite, pour certains issus des rangs du Groupe union défense (GUD).