Entre affaires et Sarkozy, l'UMP est KO debout

À trois jours du scrutin européen, l'opposition peine à faire parler d'elle pour autre chose que les affaires. La question du maintien de Copé à la tête du parti est posée. L'UMP tente de minimiser la casse prévisible du vote de dimanche, tandis que Sarkozy profite de la brèche ouverte.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Grâce à Sarkozy, on parle vraiment de l'Europe. » En une phrase, Brice Hortefeux a résumé sur iTélé la problématique rencontrée par l’UMP depuis une semaine. À trois jours des élections européennes, la tribune de l’ancien chef d’État publiée dans Le Point n’était pas de trop pour espérer reprendre la main sur le débat public. Car dans une campagne déjà très resserrée, et lancée en ordre dispersé, le parti d’opposition fait une nouvelle fois l’actualité sur un sujet que ses principaux responsables ont coutume de mettre sous le tapis : les affaires.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal