Le coordinateur du renseignement condamné pour diffamation

Par

Le préfet Pierre Bousquet de Florian, fraîchement nommé coordinateur du renseignement et de la lutte antiterroriste, a été condamné pour diffamation ce 22 juin, après qu’une plainte eut été déposée par un imam de Montpellier, Mohamed Khattabi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Annoncé mercredi 7 juin comme le futur patron de la coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme à l’Élysée et à peine nommé officiellement à ce poste, le préfet Pierre Bousquet de Florian vient d’être discrètement condamné pour diffamation publique, ce 22 juin, devant la XVIIe chambre correctionnelle de Paris, selon des informations obtenues par Mediapart. Il a été condamné à une amende de 500 euros, à 1 euro de dommages et intérêts, et au paiement de 2 000 euros de frais de procédure.