Place Stalingrad, le crack à ciel ouvert

Par

Alors que la consommation de crack ne cesse d’augmenter en France, la place de la Bataille-de-Stalingrad, lieu historique à Paris de consommation et de revente, concentre les problématiques associées à cette drogue hautement addictive : difficile cohabitation avec les riverains, violences liées à la grande précarité des usagers, politiques de « nettoyage » de l’espace public aux effets parfois paradoxaux. De l’avis du maire du XIXe arrondissement, l’été y a été « particulièrement compliqué ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la camionnette s'apprête à repartir, un trentenaire blond surgit à grandes enjambées. Sous la lumière orangée du réverbère, il s'adresse aux quatre associatifs en train de plier bagage : « S'il vous plaît, je peux en avoir deux ? C'est pour moi et ma femme. » « Une seule. Mais deux embouts si tu veux », lui répond du tac au tac la responsable de la maraude, Adeline Combes. Le jeune homme sait que ce sont les règles : lors de leurs tournées nocturnes, les associations ne distribuent qu'une pipe à crack par personne. Mais il tente de négocier : « C'est pour la femme, elle est là-bas, un peu plus loin… » L'éducatrice en a vu d'autres : « Écoute, je serais ravie de lui en donner une si elle vient, mais là tu es tout seul, donc c'est une. »