Expulsions d’enfants scolarisés: Leonarda qui cache la forêt

Par

Leonarda n'est qu'un cas parmi d'autres de jeunes scolarisés vivant sous la menace d'une expulsion. Plusieurs associations, élus et partis politiques demandent l’interdiction des reconduites à la frontière d’enfants allant à l'école. En la matière, la circulaire que Manuel Valls vient d'envoyer aux préfets est moins protectrice que celle de Nicolas Sarkozy de 2005.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Profitant de la focalisation des médias sur l’affaire Leonarda, plusieurs associations, élus et partis politiques se saisissent de l’occasion pour demander l’interdiction des expulsions d’enfants étrangers scolarisés. Car des dizaines de Leonarda vivent actuellement en France, dans le silence de l’anonymat, sous la menace d’une reconduite à la frontière, selon le Réseau éducation sans frontière (RESF), dont le principal mot d’ordre depuis sa création en 2004 est la régularisation des parents dont les enfants vont à l’école. « Leonarda n’est qu’un cas qui cache la forêt », insiste Brigitte Wieser, membre de ce réseau, qui rappelle que l’école est le lieu d’intégration républicain par excellence.