Dossier: Sciences-Po, la fuite en avant et les scandales

Le faux mail qui démissionnait Descoings de Sciences-Po

Un faux message a fait croire à la démission de Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po, jeudi en fin d'après-midi.

Jade Lindgaard

22 décembre 2011 à 20h02

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Pendant une dizaine de minutes, Richard Descoings a démissionné de la direction de Sciences-Po. C'est du moins ce qu'a fait croire un message envoyé par sa boîte mail aux étudiants de l'école de la rue Saint-Guillaume, en toute fin d'après-midi, jeudi : «Après des années de services que j'estime loyaux, je démissionne de mes fonctions de directeur de l'Institut d'Études Politiques de Paris» car «étant donné les réactions suscitées par l'enquête d'un journal indépendant, je me dois de répondre à vos questionnements.» Le texte fait ici référence aux enquêtes que Mediapart a publiées (ici et ici) sur les superbonus touchés par les dirigeants de l'école. Et ce n'est pas tout, poursuit le mail : «Il y a eu des abus ? je comprends qu'ils puissent choquer et je m'excuse. Le devoir m'imposait transparence, intégrité, et circonspection dans l'exercice de mes fonctions.»

Il n'aura fallu que quelques minutes à Sciences-Po pour démentir catégoriquement l'annonce, et affirmer vouloir porter plainte après l'utilisation frauduleuse de la messagerie de son directeur. Car le mail est un «fake», une contrefaçon habilement rédigée, alors que l'IEP est en pleine ébullition après les révélations de Mediapart. Le bureau du comité d'entreprise de l'école a démissionné, et le mur Facebook du médiatique directeur, interface de communication prisée par ses étudiants, se couvre désormais de quolibets moqueurs. Ce faux message rajoute une couche de confusion à une institution déjà en plein émoi.

L'auteur du fake semble s'être inspiré de l'ironie activiste des Yes Men, ces Américains qui ridiculisent dirigeants politiques et multinationales en faisant croire au reste du monde qu'ils ont prononcé des propos qu'ils n'ont jamais tenus. Mais l'ironie du faux communiqué de démission de Richard Descoings est ravageuse et a donné lieu à un incroyable déferlement de réactions sur Twitter : «Descoings irait entraîner le PSG», «RIP Richard Descoings», «Il n'a pas démissionné ? Ouf, je n'en dormais plus»

Un certain nombre d'internautes s'y sont laissés prendre, à commencer par Christophe Girard, maire adjoint de la mairie de Paris, qui twitte : «Très triste que Sciences-Po se prive de son talentueux pdt Richard Descoings. Son départ est à son honneur. Il aura élevé cette institution.» Actuellement en vacances, le directeur de l'IEP est attendu pour un comité d'entreprise le 12 janvier. CE qu'un élu nous annonce «très chaud».

Jade Lindgaard


10 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne