Des gérants d’un salon de coiffure jugés pour traite des êtres humains

Par

Deux gérants d’un salon de coiffure africain du quartier Château d’eau, à Paris, étaient jugés pour traite des êtres humains, ce 21 décembre, sur citation directe de la CGT et de quinze travailleurs exploités dans des conditions indignes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En dehors des affaires de criminalité organisée, la traite des êtres humains est rarement réprimée par la justice française. Ce jeudi 21 décembre, un groupe de jeunes femmes et d’hommes à l’air fatigué vient pourtant exposer un cas hors normes au tribunal de grande instance de Paris.