Des statistiques ethniques, pour quoi faire?

Par
Yazid Sabeg a installé, lundi, le comité d'experts chargé de mettre en œuvre un nouvel outil de mesure des discriminations. Alors que le chômage des jeunes explose dans les quartiers en difficulté, le commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, critique à l'égard de l'action du gouvernement, souhaite que les minorités dites visibles puissent être interrogées sur leur sentiment d'«appartenance à une communauté». Il est en revanche plus discret sur l'usage qui pourrait être fait de ces statistiques. Quotas, incitations? Explications.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, Yazid Sabeg, passe en force. Le rendez-vous, espéré vendredi 20 mars avec Nicolas Sarkozy pour la remise de son rapport, n'a pas été honoré. Il n'est toujours pas fixé à l'agenda du président de la République. Cela n'empêche: le Monsieur diversité du gouvernement a prévu d'installer, ce lundi, le comité d'experts chargé de mettre en œuvre les statistiques ethniques. Présidée par François Héran, le directeur général de l'Institut national d'études démographiques (Ined), cette commission est composée d'une trentaine de personnes, parmi lesquelles Michel Wieviorka et Patrick Simon.