Jacques Julliard: «Oui, la greffe néolibérale a contaminé la social-démocratie»

Jacques Julliard, 77 ans, entre en dissidence. Figure historique de la «deuxième gauche» rocardienne, l'éditorialiste du Nouvel Observateur a opéré depuis le début de l'année un virage surprenant. Dans un texte titré «Vingt thèses pour repartir du pied gauche», il défend la nationalisation des banques! Et le voilà qui persiste dans sa dénonciation du «néo-capitalisme». Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jacques Julliard, 77 ans, entre en dissidence. Figure historique de la «deuxième gauche» rocardienne, ancien de la CFDT, l'éditorialiste du Nouvel Observateur, qui s'était inscrit avec bonheur dans «le cercle de la raison», a opéré depuis le début de l'année un virage qui en a surpris plus d'un. Dans un texte qu'il publie le 18 janvier dans Libération, «Vingt thèses pour repartir du pied gauche», il défend notamment la nationalisation des banques.